Synthèse d'un film plastique à base d'amidon de mais.

 Le maïs se renouvelle à l’infini : un an seulement est nécessaire pour obtenir une nouvelle récolte utilisable. Pour sa croissance, le maïs absorbe, comme toutes les plantes, et du dioxyde de carbone, gaz à effets de serre contenus dans l’atmosphère. Le pétrole, à la base du PVC et des matières plastiques, est quant à lui une ressource fossile limitée qui nécessite un million d’années pour se renouveler complètement.

L'expérience que nous avons réalisée consiste donc à créer un film plastique entièrement biodégradable à partir d'amidon de mais.

Pour cela, nous avons suivi un protocole précis:

Réactifs:

  • 2,5 g d'amidon de maïs (ou de fécule de pomme de terre). Ici nous avons utilisé de la maïzena alimentaire. L'amidon, lorsqu'il réagit dans de l'eau chaude devient gélatineux.
  • 2 mL de glycérol: celui-ci va servir de plastifiant. Il permet d'augmenter le volume libre entre deux chaînes de polymères et ainsi rendre les corps souples et flexibles. De plus, le glycérol rend le film plastique transparent.
  • 0,5 mL de colorant alimentaire: uniquement pour colorer le film.
  • 3 mL d'acide chlorhydrique HCl: il sert à destructurer l'amidon c'est à dire à séparer l'amylose de l'amylopectine pour favoriser le passage de l'amylose dans la solution.
  • 3 mL d'une solution d'hydroxyde de sodium : NaOH (soude) : son rôle est de diminuer la viscosité du mélange.
  •  Protocole:

    • Préparer dans un ballon un mélange des ingrédients précédemment cités, à l'exception de la soude, ainsi que de 20 mL d'eau distillée.
    • Plonger le ballon dans un bain-marie à 100°C pendant 15 minutes tout en agitant.
    • Neutraliser la solution visqueuse par ajout de 3 mL de la solution d'hydroxyde de sodium .
    • Verser le contenu du ballon sur une plaque de verre. Rouler la solution uniformément sur la plaque avec un agitateur en verre.
    • Mettre la plaque dans une étuve à 110°C pendant environ 1h30.
    • Laisser sécher à l’air libre.
    • Enfin, décoller avec précaution le film de la plaque.

    Nous avons réalisé l'expérience à deux reprises. La première fois, le "film" plastique synthétisé se décollait mal de la plaque de verre, nous n'en avons donc que des fragments. Nous pensions que ce résultat était du à une trop longue cuisson. La deuxième fois nous avons donc surveillé la cuisson, mais cette fois le mélange étant trop liquide avant le passage à l'étuve, le film fut encore plus indécollable.
    Mais au final, ayant tout de même obtenu des fragments de film plastique, nous pouvons admettre que l'expérience a été en quelque sorte concluante.

    Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site